Esta Over Blog

Esta Over Blog

Guide de voyage pour les Etats-Unis

Niagara Falls attraction touristique

Pourquoi les Niagara Falls m’ont déçues…

Julie témoigne.

 

On a tous des choses que l’on ne veut absolument pas louper dans sa vie, on en fait une liste que l’on garde précieusement dans sa tête ou ailleurs. Et bien les Niagara Falls étaient pour moi tout en haut de cette liste.

 

Les Niagara Falls ou Chutes du Niagara font rêver. Elles ont une certaine aura qui en fait une destination à part. Quand j’avais 15 ans et que je m’engueulais avec ma mère je lui disais : «Tu veras quand j’aurais 18 ans, j’habiterais en Amérique et j’irai aux Chutes du Niagara!» (petite rebelle que j’étais!) Aujourd’hui, maintenant que je vis au Canada je me devais de me rendre aux Niagara Falls. Une destination pleine de promesse, pour moi symbole d’indépendance et de merveille naturelle.

 

Et quoi de mieux qu’un long week-end à Toronto pour mon anniversaire pour réaliser ce rêve d’adolescente ? Des amies de France se joignent à nous. Fraichement débarqué visa en poche, les attentes de ce week-end sont des plus hautes. Les Niagara Falls se situent à environ 2h de Toronto en bus. C’était l’occasion ! Nous voilà donc en direction des Niagara Falls, moi et mes images plein la tête, un peu émue d’être sur le point de réaliser un de mes rêves.

 

 

Le départ

La Gare routière de la ville de Niagara Falls (original comme nom hein ?) est à deux ou trois kilomètres du centre-ville et des Chutes. Il faut emprunter une route qui longe la rivière pour s’y rendre, soit en bus, soit à pied, comme nous l’avons fait. Sur la route à notre gauche, des gorges vertigineuses avec une eau turquoise au fond. À notre droite, motels et autres maisons d’hôtes s’enchaînent.

 

Pourtant, plus les gorges s’élargissent, plus l’ambiance change. On se rapproche du centre-ville de Niagara Falls, et une espèce de musique stridente retenti, on aperçoit un musée bizarre, un aquarium, des artistes de rue, un petit camion qui hurle des messages publicitaires, un premier casino, quelques hôtels bétonnés et cette musique insupportable qui recommence. Aux secours! Sortez-moi de là !

 

Mais les chutes sont aussi là. Bouillonnantes, grandioses et puissantes.

 

Une longue balade (bétonnée) longe l’eau en contrebas jusqu’au plus près des Chutes et il faut dire que c’est assez fascinant comme phénomène.

Je l’avais déjà vécu avec les chutes Victoria, autrement plus hautes et plus puissantes, mais c’est toujours très impressionnant de voir cette incroyable quantité d’eau tomber dans un gouffre.

 

Première réalité

Autour des Niagara Falls, du béton, de l’asphalte, et des trucs pour touristes qui créent une sorte de distance avec ce phénomène extraordinaire. On se sent un peu comme à la foire où tout le monde y va de son selfie sous de multiples angles. Un moyen de prouver leur présence au Niagara Falls en perdant de vue que c’est avant tout un phénomène naturel fantastique que l’Homme a malheureusement écorché pour son profit personnel (comme souvent).

 

 

La balade en bateau

Parmi toute les attractions pour touristes qui gravitent autour des Chutes, il y a les bateaux. Vous savez ceux qui vont au plus près des Niagara Falls! Vous déboursez une petite fortune pour vous faire rincer dans un poncho ridicule et revenir. Une sympathique petite douche en plein air. En plus, chaque bateau a sa couleur de poncho (il ne faudrait pas confondre la masse de client) : bleu ambulance ou rouge pompier, au choix. Mais Niagara Falls c’est aussi une ville, enfin, ce que l’on pourrait assimiler à une ville. Peut-être… Ou pas.

 

Tout est là pour vous faire dépenser plus d’argent et que vous restiez le plus longtemps possible. Au menu, hôtels, casinos, restaurants, musée de cire, maison hantée, fast-food, et autres jeux de farces et attrapes…On peut dire que Niagara Falls brille par son charme d’antant et ses atout culturels (ceci est ironique). Il y a même un Burger King surmonté d’une énorme tête de Frankenstein et un parc d’attraction spécial dinosaures. Oh joie !

 

A lire également : Bryce Canyon, le grand spectacle

La chute

Ces architectures de carton-pâte multicolore me donnent la nausée. Alors que nous avions prévu la journée, 3h nous ont suffi pour être saturé par Niagara Falls. Plus que les Chutes c’est toute l’atmosphère de surconsommation et de tourisme de masse qui règne autour de cette merveille naturelle qui nous a fait fuir. Mon joli rêve d’adolescente s’est finalement transformé en une sacrée désillusion à l’américaine. (Mais sinon allez-y, les Niagara Falls sont très belles.)

 

Nombreuses autres destinations vous attendent : 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :